Depuis plus de 20 ans, le bandage adhésif de couleur ou taping a envahi le milieu sportif ; et il est omniprésent tant en rhumatologie qu’en médecine du sport.

Ces dernières années les sportifs arborent désormais de bien curieux bandages de différentes couleurs et formes. On les voit partout : des Jeux Olympiques de Pékin à la coupe du monde de football, à Roland Garros et à Wimbledon.

Contrairement aux apparences, il ne s’agit pas d’un effet mode mais bien d’une méthode « révolutionnaire » mise au point au Japon dans les années 1970 par le Dr Kenso Kase.

D’où vient le concept du taping ? 

Le Dr Kenzo Kase, chiropraticien et kinésiologue japonais, est l’inventeur du taping. En 1973, il avait mis au point une nouvelle approche de tape basée sur certains principes de la kinésiologie (équilibre du système énergétique du muscle et non de sa force).

Le concept se base sur certains principes de la kinésiologie (étude des mouvements du corps humain), ou terme anglo-saxon human kinetic. L’ensemble des systèmes du corps humain étant considéré comme un tout, la peau est l’élément majeur du processus.

Il développe de nouveaux matériaux élastiques (Kinésiotex®) dont les propriétés sont calquées sur celles de la peau (élasticité, poids, épaisseur, etc.) et nomme sa technique kinésiotaping ou encore tape K-Active.

Bon nombre de fabricants ont également essayé de mettre au point des matériaux semblables (Easy Tape®, Cure Tape®, etc.)Actuellement, venant d’Allemagne sont apparus un nouveau matériel et une nouvelle approche basés sur les mêmes principes : la technique Leukotape®.

L’idée principale de ces approches est que la peau (plus grand organe sensoriel du corps) est l’élément capital dans tous les processus : information, douleur, mobilité, etc. Par le biais de la peau, on exerce notamment une influence sur la fonction articulaire et musculaire mais surtout circulatoire, lymphatique et nocicepteurs.

Comment agit le taping ?

L’utilisation de bandages adhésifs élastiques colorés, permet une autre approche dans le contrôle et l’amélioration de la douleur et de la fonction chez les patients sportifs ou non.

Le concept du taping cherche à réguler l’équilibre des systèmes circulatoire (veineux, lymphatique), nerveux et musculaire. Le Tape favorise la microcirculation, influence l’information, et tente de restituer une mobilité indolore en améliorant la proprioception. Une formation s’avère indispensable avant d’utiliser la technique.

Strapping ou taping ? Similitudes et différences.

• Le strapping cherche à instaurer une limitation d’amplitude articulaire en interdisant l’accès à certains secteurs angulaires.
• Le taping autorise une liberté articulaire totale et a besoin du mouvement pour être efficace.

Dépassant largement le cadre du domaine sportif, le taping trouve ses indications dans le traitement de lésions musculaires, tendineuses, ligamentaires, articulaires, neurologiques, circulatoires, prolongeant les effets de la prise en charge kinésithérapique recherchés durant la séance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here